Cru bourgeois : un label d’exigence

Être reconnu par le label cru bourgeois, ça se mérite. Pour y accéder, il faut remplir de nombreux critères, et il n’est pas donné à la va-vite et à n’importe qui. C’est sans doute la raison pour laquelle les viticulteurs donc si désireux de l’obtenir.
En 1855, lors de la reconnaissance des plus grands crus du monde, les critères de sélection n’étaient pas uniquement basés sur la qualité du vin, mais également sur la prestance de la maison qui la produisait. Pour en savoir plus sur les différents crus ayant eu cette reconnaissance, rendez-vous sur : www.crus-bourgeois.net.

Un label qui fait évoluer les mentalités

Avec la création de ce label cru bourgeois, c’est une nouvelle manière de récompenser le travail des viticulteurs qui naît. En mettant en avant les conditions de production, et le prestige de la maison qui produit le vin, le label cru bourgeois innove en termes de critères de choix.
Les moyens mis en oeuvre pour produire le vin sont souvent trop peu valorisés, tandis qu’ils sont au coeur du rendu que l’on consomme. Il importe donc de mieux mettre en valeur ce critère-là, ainsi que le prestige des producteurs, dont la réputation peut également indiquer si le vin est bon.